Voyage de familiarisation dans une ville animée, Denis Bourbonnais, Journal Saint-François, 27 octobre 2016.

Oui, Toronto a bien changé depuis quelques années. La grisaille, les tours à bureaux et le «night life» longtemps discrédité ont fait place à une cure de jeunesse qui a réanimé la ville-reine de l’Ontario.

La métamorphose de Toronto a amené une nouvelle mouture de touristes et cette destination primée a été édifiée au 7e rang des villes à visiter en 2016, selon le «New York Times». Le Journal Saint-François  a été à même de constater comment Toronto s’est attardée à concilier la nature, l’urbanisme et l’architecture lors d’un voyage de familiarisation en autocar de luxe organisé par «Gendron Tours».

Devenue une ville trépidante reconnue maintenant pour son univers cosmopolite, Toronto offre une expérience digne des grandes capitales: quartiers branchés, ambiance festive et panneaux illuminés toute la nuit à Dundas Square, ce qui donne l’impression de vivre l’ambiance de Picadilly Circus à Londres ou de Times Square à New York.

Pour les visiteurs, la Tour du CN, le Musée du soulier, le Manoir Casa Loma, le Temple de la renommée du hockey et le Musée Royal demeurent des incontournables. L’aquarium «Ripley» de Toronto, inaugurée en octobre 2013, fait désormais partie des attraits majeurs avec ses exhibits ultramodernes et ses bassins d’eau piétonniers où les requins passent juste au-dessus de vos têtes.

Les passionnés de sport sont bien servis avec les matchs de baseball des Blue Jays en été, la tradition des Maple Leafs au hockey et les Raptors de la NBA au basket-ball. Les férus d’histoire trouvent également leur compte dans le «Distillery District», un secteur piétonnier qui réunit de nombreux bâtiments revêtus de briques rouges, typiques du vieux Toronto. Les boulangeries, cafés, restaurants, boutiques, galeries d’art et bars foisonnent sur le site de cette ancienne distillerie de whisky réhabilitée.  Les «bons petits boires» et les produits du terroir au St. Lawrence Market peuvent difficilement être ignorés dans la plus vaste collection de l’architecture industrielle Victorienne en Amérique du Nord.

Les amants de la nature sont choyés avec les 10 millions d’arbres répertoriés, de vastes parcs et des aires naturelles qui rendent agréable les balades dans cette métropole. La rue Yonge, plus longue artère au monde (1861 km) selon le Livre de records Guiness, propose un parcours nanti d’un éventail de magasins de vêtements, de souvenirs et de chaînes de restauration rapide. Dans le quartier financier, on retrouve les antiquaires, boutiques et commerces de meubles au nord de la rue Bloor dans les coins huppés de Rosedale et Davisville.

Toronto recèle aussi sa part de talents cachés tels que les membres des «Famous People Players» qui proposent un souper-spectacle unique depuis 40 ans au théâtre «Dines and Dream». Des prestations très spéciales en vertu de leur aspect lumineux, de l’harmonie entre la musique et les couleurs, sans oublier le caractère humain de cette troupe amateur.

Le Journal a en outre pu goûter à la gastronomie de restaurants parmi les mieux côtés (Hot House, Baladi Cucina, Sheraton Center) et à l’hospitalité de l’Hôtel Chelsea, connu pour son excellent rapport qualité/prix. Toronto est situé à moins d’une heure de route de Niagara Falls et de ses fameuses chutes.